Synoptique du siège de Toulouse 1218

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Synoptique du siège de Toulouse 1218

Message  Guilhemot le Mar 8 Avr - 21:14

Synoptique du siège de Toulouse 1218.

Nous sommes le 25 Juin 1218.
Une clameur s’élève et partout dans la ville, on allume les cierges sur les candélabres.
Un pierrier, tendu par des femmes vient de lancer sa pierre tout droit où il fallait. Simon de Montfort, « le comte qui était pervers et tueur d’hommes » selon la chanson, meurt sans pénitence devant les murs de Toulouse.

Cela fait maintenant près de huit mois que Simon de Montfort a du se résigner à mettre le siège devant la ville qui s’est soulevée le 13 Septembre 1217, au retour de son comte légitime Raymond VI de Toulouse. Un premier assaut mené par Guy de Montfort, son frère, a été repoussé par le comte de Foix le 22 Septembre. Simon lui-même, tente un nouvel assaut dés son arrivée au début du mois d’Octobre, mais il est déjà trop tard. Les Toulousains ont eu le temps de remettre la ville en état de défense, et de reconstruire les fortifications qui avaient été démantelées par les croisés.

L’hiver se passe sans événement majeur, chaque camp se préparant à la reprise des hostilités pour le printemps. Les croisés sont trop peu nombreux pour assurer le blocus efficace d’une si grande cité ravitaillée depuis la rive gauche par le pont du faubourg Saint Cyprien.

Le jour de Pâques, le 15 Avril 1218, les Toulousains tentent un sortie contre le camp des croisés. L’attaque des barons Méridionaux, violente et soudaine, surprend les défenseurs. Les contingents Bretons et Normands se font tailler en pièce en défendant l’entrée du campement, mais déjà, Simon et ses barons, sortant par un autre porte, prennent les assaillants à revers et provoquent un mouvement de panique dans les rangs Toulousains, qui refluent vers la ville. Ugo de la motte parvient à rallier ses compagnons, leur résistance permettant aux piétons de la ville de sortir des murailles et de garnir les abattis. Les combats font rage dans le champs de Montoulieu, mais Simon doit finalement renoncer, et se retire dans son campement la rage au cœur.

Au début du mois de Mai, de nouveaux contingents croisés conduits par Michel de Harnes viennent renforcer les troupes de Montfort. Celui-ci en profite pour tenter une attaque sur le faubourg Saint Cyprien, en passant sur l’autre rive du fleuve. Mais les défenseurs Toulousains n’ont rien manqué de ses préparatifs. Pendant qu’une partie des Méridionaux occupe les lices et les fortifications sous les ordres du comte de Comminges, une troupe conduite par Roger Bernard de Foix traverse le pont en toute hâte pour se porter au secours des défenseurs de Saint Cyprien, déjà fort malmenés par Simon et ses barons. Les combats font rages jusque sur les grèves et dans les vergers mais les croisés finissent par être repoussés et doivent se retirer, remplis de colère et de rage, sous une grêle de projectiles lancés depuis les murailles.

Vers la fin du mois de Mai, un terrible orage de déchaîne pendant trois jours, inondant le faubourg Saint Cyprien et emportant les ponts sur la Garonne. Simon de Montfort peut enfin occuper le faubourg et bloquer le ravitaillement de la ville. Il se lance alors à l’assaut des tours du pont Saint Cyprien. La tour neuve doit être évacuée par ses défenseurs après plusieurs jours de bombardements, malgré l’héroïsme d’Ugo de la Motte qui passe le fleuve à la nage depuis la tour vieille avec du ravitaillement. La tour vieille résiste à tous les assauts, uniquement reliée à la ville par un pont de cordes tendu à la hâte.

A la veille de la pentecôte, les croisés concentrent leurs attaques vers la porte de Montouieu. Sortant de leur camp, ils entreprennent la destruction systématique des vergers et des vignes. Voyant cela, les défenseurs garnissent les abattis et les tours de la ville. Les Toulousains prennent l’initiative de l’attaque qui débute devant Saint Sauveur. Les combats ne tournent à l’avantage d’aucun des deux camps, et tous finissent par se retirer après une dernière tentative d’incendier la ville menée par des piétons Brabantins et Bretons. Alors que le lendemain, une nouvelle troupe de croisés menée par le comte de Soissons se présente devant Toulouse, le comte jeune Raymond VII fait une entrée triomphante dans une ville en liesse.

Profitant de ces nouveaux renforts, Simon de Montfort s’est avancé dans l’eau, a abattu le pont de cordes, et s’est emparé de la tour vieille. Cependant, à l’autre bout du pont, les Toulousains étaient parvenus à dresser un pierrier. Sous ses coups, les croisés sont contraints d’évacuer la tour après y avoir mis le feu. Une troupe de Toulousains parvient à traverser le fleuve sur des barques et à repousser les derniers défenseurs croisés.

Le 24 Juin 1218, commence la grande bataille du siège de Toulouse. Les croisés avaient achevé la construction d’une chatte qui devait leur permettre de s’approcher des remparts pour les mettre à bas. Une première attaque fut repoussée par le tir des trébuchets qui forcèrent les assaillants à reculer leur machine de siège afin d’en réparer les dégâts. L’attaque suivante fut lancée par les tirs nourris des pierriers croisés, ainsi que de leurs archers et arbalétriers, bien protégés derrière une rangée de claies mobiles. De nouveaux tirs venus de la ville stoppèrent alors la progression de la chatte sous le regard impuissant de Simon de Montfort. Pour le lendemain, les Toulousains, qui avaient bien compris le danger mortel que représentait ces événements, avaient décidé de sortir de la ville pour détruire les engins de siège de Simon. Dés l’aube, les méridionaux sortent par les portes de Montoulieu et de Montgailhard pendant qu’une flottille de barques engage le combat avec les croisés de la rive gauche. Les croisés se tiennent prêts derrière leurs claies mobiles et foncent sur le champs de bataille. Les Toulousains plient et commencent à reculer mais se ressaisissent finalement. Des renforts sortent de la ville et poussent en avant en rangs serrés. Alors que les combats font rage, Guy de Montfort et atteint par un carreau d’arbalète dans le flanc gauche. Simon, qui n’était pas très loin, saute à terre et se précipite vers son frère. C’est à ce moment qu’il est frappé par la pierre, et tombe raide mort alors que sur les remparts, un cri de joie jaillit de toutes les poitrines à la fois. Deux de ses compagnons d’armes le recouvrent d’une cape bleue, mais les croisés, frappés de stupeur par la mort de leur chef, ont déjà cessé le combat.

Alors que les croisés ramenaient la dépouille de leur chef au château Narbonnais, une troupe de Toulousains était sortie sur le champs de bataille. La chatte était abandonnée, on y mit le feu. Dés le lendemain, le fils aîné de Montfort prend la suite des opérations. Mais le moral des croisés s’est effondré et le comte de Soissons quitte le siège. Amaury tente un dernier assaut le 1er Juillet, et finit par lever le camp sur les conseils de son oncle et de ses barons le 25 Juillet 1218.

avatar
Guilhemot
Ecuyer

Messages : 394
Date d'inscription : 23/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Synoptique du siège de Toulouse 1218

Message  Franquinot de Crampanham le Mer 9 Avr - 19:56

magnifique monseigneur enorme boulot

_________________
Franquinot de Crampanham
"Si ça passe pas, il faut taper fort"
faydits forever
avatar
Franquinot de Crampanham
Homme d'armes

Messages : 94
Date d'inscription : 23/01/2014
Age : 30
Localisation : PAU

Revenir en haut Aller en bas

Re: Synoptique du siège de Toulouse 1218

Message  Guilhemot le Mer 9 Avr - 20:15

Pas la peine, j'augmenterai pas ta solde... Twisted Evil 
avatar
Guilhemot
Ecuyer

Messages : 394
Date d'inscription : 23/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Synoptique du siège de Toulouse 1218

Message  Franquinot de Crampanham le Mer 9 Avr - 21:19

ah merde dommage

_________________
Franquinot de Crampanham
"Si ça passe pas, il faut taper fort"
faydits forever
avatar
Franquinot de Crampanham
Homme d'armes

Messages : 94
Date d'inscription : 23/01/2014
Age : 30
Localisation : PAU

Revenir en haut Aller en bas

Synoptique de Toulouse 1218

Message  Per-Arnaut le Jeu 10 Avr - 15:48

Quel beau travail mon Seigneur... Je plussoie et ce sera avec plaisir que nous irons chatouiller les cottes ... de ces vilains bounce 

_________________
Tocà y se gause...
avatar
Per-Arnaut
Novice

Messages : 10
Date d'inscription : 18/02/2014
Localisation : PAU

Revenir en haut Aller en bas

Re: Synoptique du siège de Toulouse 1218

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum